Les 3 grandes erreurs mentales en compétition

Et comment les éviter

Entrez votre mail pour recevoir la version PDF

Erreur n°1 : se concentrer sur la victoire

La première erreur en amont de la compétition est de se focaliser sur la victoire uniquement.

Même si le plaisir de la victoire est une sensation positive, elle est un peu risquée et restreinte.

 

- Risquée car le cerveau peut aussi calculer qu'en cas de défaite, vous ressentirez une énorme déception. Et c'est le début du stress, de l'insécurité... "Et si je perds, qu'est-ce qui se passe ?". Tout miser sur la joie de la victoire est risqué.

 

- Restreinte car vous masquez de nombreuses autres joies et autres plaisirs qui pourraient vous donner des boosts d'énergie bien utiles le jour de la compétition.

Alors comment faire ?

Mon conseil est le suivant : multipliez les sentiments positifs sur lesquels vous concentrer. Il en existe plusieurs :

- Le plaisir de pratiquer

- Le bonheur de retrouver vos amis/coachs/entourages pour la compétition

- La joie de se dépasser

- Le simple plaisir de l'ambiance générale

- etc.

A vous de trouver plusieurs sources de plaisir qui ne génèrent pas de stress et qui orientent votre cerveau vers des éléments positifs. Les émotions positives que vous allez générer vont favoriser les pensées positives et les sensations positives.

 

Et peut être qu'au bout d'un certain temps, vous ne choisirez qu'une ou deux émotions positives sur lesquelles vous concentrer, et ce sera suffisant.

 

A vous de construire votre focus !
 

Erreur n°2 : Tenter des trucs

Avec le stress, la pression, l'imprévu... On se retrouve parfois sous tension, dans des situations difficiles, inhabituelles. Et pour s'en sortir, sous le coup d'un pic d'adrénaline, ou d'une émotion non maîtrisée... on tente des trucs.
 
Parfois ça passe. Rarement. Souvent ça casse.
 
La compétition, ce n'est pas l'entraînement.

Alors comment faire ?

Mon conseil est le suivant : faites ce qui fonctionne pour vous, ce que vous maîtrisez.

Ce que vous avez déjà pratiqué un nombre incroyable de fois. Votre corps s'en souvient, votre esprit s'en souvient. Vous savez que c'est ancré en vous, solide, et que vous pouvez compter dessus. Si cela ne passe pas, retournez vous vers votre coach qui aura la distance pour vous conseiller.

 

Mais ne tentez pas des choses au hasard : votre cerveau n'a pas la confiance pour le faire. En entraînement, répétez, répétez encore pour que cela devienne solide, automatique.

Identifiez vos points forts pour savoir ce sur quoi vous pouvez compter.

 

Et si vous souhaitez utiliser de nouveaux outils en compétition  travaillez-les d'abord en entraînement.

Erreur n°3 : Ne relire que vos erreurs

<< Dans la vie, je ne perds jamais, soit je gagne, soit j'apprends>> Nelson Mandela
 
Oui.
 
Mais non.
 
Si je n'apprends que de mes défaites, ou si je ne relis que ce que j'ai mal fait, j'oublie de comprendre en profondeur ce que j'ai bien fait, ce qui m'a fait gagner. Et je perds une chance de continuer à progresser.


Alors comment faire ?

 

Mon conseil est le suivant : Tout est source d'apprentissage !

 

Après une compétition, tout est source d'apprentissage : la victoire comme la défaite, ce que vous avez réussi comme ce que vous avez échoué.

Ce qui n'a pas fonctionné doit vous donner ce dont vous avez besoin pour réussir la prochaine fois. Ce qui a fonctionné doit vous faire comprendre un peu mieux qui vous êtes et ce qui fonctionne bien pour vous.

 

Relisez vos expériences de manière globale, c'est la clé pour accélérer votre progression.
 

Entrez votre mail pour recevoir la version PDF